00_intro

 

 

FFEQ

Cette année, le Festival de Film Étudiant de Québec a pour thématique ‘Hors normes’. Chargés de coréaliser, avec Josiane Clouel, une série de clips promotionnels, nous avons imaginé un acteur complètement siphonné. Au son de la claquette, les fils de sa fragile raison se touchent comme un boxeur aliéné au son d’une cloche. Il décroche solide! Paradoxalement, ce personnage hors norme, nous a permis d’explorer quelques genres et classiques devenus les normes du cinéma.  Dans le cas présent, le film noir et 2001 l’odyssée de l’espace.

 

S’agissant d’un festival étudiant, je partage ici nos acquis, sans prétention, dans l’espoir illusoire qu’ils puissent être d’une quelconque utilité à d’autres passionnés.

 

 

01_outils

 

SCÉNARISATION

Le point de départ du concept était la scène de la découverte de l’outil dans 2001 l’odyssée de l’espace. Le défi scénaristique étant de relier cette scène au film noir. En faisant un petit schéma heuristique, les liens se sont rapidement tissés. Os = outil. Outil = pince. Pince = garage. Ce serait donc une scène de crime du genre film noir, impliquant une pince, dans un garage.

 

 

02_monolythe

 

ANALOGIE

Le lien scénaristique étant établi, il fallait maintenant des éléments visuels concordant. Notre scène de tournage, un garage rempli d’articles vintages, contenait cette magnifique pompe à essence des années 50. Le lien s’est encore noué par lui-même: Monolithe dans 2001 l’odyssée = rectangle vertical. Rectangle vertical = pompe à essence. Vavavoum! Pour compléter l’analogie visuelle, nous allions utilisé des angles de caméras en contre-plongée, rappelant ainsi notre référence.

 

 

00_sg_film_noir

 

STORYBOARD

Le storyboard est une réflexion visuelle et un outil de communication puissant pour toute l’équipe impliquée dans le tournage. Pour moi, le storyboard est aussi le chaînon entre mon métier de graphiste et celui de cinéaste.

 

 

04_dutch_angle

 

ÉCLAIRAGE

Les personnages émergent de la pénombre. L’éclairage principal, le key light, tranche les ombres portées au couteau. Mystérieux, très film noir. Monté en éclairage rotatif, le fill light dévoile la scène par bribe. Comme un gyrophare de flic. La tension monte dans un léger tournis.

 

Pour créer l’effet de gyrophare, notre directeur photo, Martin Larouche, a monté un réflecteur de lumière sur un trépied (Gobo stand), en prenant soin de ne pas visser le joint pour qu’il puisse tourner à volonté. En pointant un projecteur dessus, il ne restait à l’assistant plateau que de faire tourner le réflecteur. La magie du cinéma!

 

DUTCH ANGLE

En ajoutant un angle oblique au cadrage, un ‘Dutch Angle’, la désorientation s’accentue. La scène est plongée dans une impression de déséquilibre. La stabilité émotionnelle du personnage décline avec l’angle de la caméra. Les technocrates nomment ça de l’expressionnisme allemand. Une stylisation de la psyché des personnages. Oui. Mais il s’agit aussi, et simplement, de graphisme. Les lignes fortes évoquent des concepts graphiques connus. De l’iconographie. L’oblique évoque la pente. Ça grimpe ou ça déboule mais c’est difficile.

 

 

05_match_cut

 

MATCH CUT

Petit clin d’œil. Il s’agit ici d’un petit raccord, très subtil, en comparaison du match cut célèbre que Kubrick a utilisé entre l’os et le vaisseau spatial.

Leave a comment