couverture_sacrilege

A

vec les copains et les pinceaux, assis au bar ou perchés sur l’échafaud, la mort a beau siffler.  On se tiendra bras dessus-dessous en lui chantant Brassens et Gainsbourg en fanfarons. C’est pas que la crève on s’en fout, mais on est en vie pis on est fous!

 


 

MES TABLEAUX

Contactez-moi si vous êtes intéressé à vous en procurer un.

 

IMG_5554_small

 

LA DANSEUSE TUÉE

Acrylique sur toile – 12’’ x 24’’ – Vendu

 

Des lignes de craie blanche
Sur le trottoir tracées
Dessinent clairement
Le corps de la danseuse tuée

 

Au-delà des nuages
En dépit des ordres contraires
De la mort sévère
Ses pas volatiles miment sans fin
Des pointes et des entrechats
Sans qu’on puisse les arrêter.

 

Du sol gris aux blanches nuées
Son cœur s’élance et retombe
Sans qu’on puisse le saisir

 

Autour d’elle
La ville s’impatiente
Reprend vie de plus belle
Sur un air de fête
Au son d’un tambour à peine voilé.

 

Anne-Hébert, 1916-2000

Poèmes pour la main gauche, Montréal, Boréal, 1997.

 

 

IMG_5542_small

 

LES CORBEAUX

Acrylique sur toile – 12’’ x 24’’ – Vendu

J’ai cru voir sur mon cœur un essaim de corbeaux
En pleine lande intime avec des vols funèbres,
De grands corbeaux venus des montagnes célèbres
Et qui passaient au clair de lune et de flambeaux.

 

Lugubrement, comme en cercle sur des tombeaux
Et flairant un régal de carcasses de zèbres,
Ils planaient au frisson glacé de mes vertèbres,
Agitant à leurs becs une chair rn lambeaux.

 

Or, cette proie échue à ces démons des nuits
N’était autre que ma Vie en loque, aux ennuis
Vastes qui vont tournant sur elle ainsi toujours,

 

Déchirant à larges coups de bec, sans quartier,
Mon âme, une charogne éparse au champ des jours,
Que ces vieux corbeaux dévoreront en entier.

 

Émile Nelligan, 1879-1941

Poésies complètes, Montréal, Fides, 1952.

 

IMG_5540

 

LES COPAINS D’ABORD

Acrylique sur toile – 20’’ x 20’’ – 380$


Au rendez-vous des bons copains,
Y’avait pas souvent de lapins,
Quand l’un d’entre eux manquait a bord,
C’est qu’il était mort.
Oui, mais jamais, au grand jamais,
Son trou dans l’eau n’se refermait,
Cent ans après, coquin de sort !
Il manquait encore.

Des bateaux j’en ai pris beaucoup,
Mais le seul qui’ait tenu le coup,
Qui n’ai jamais viré de bord,
Mais viré de bord,
Naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards,
Et s’app’lait les Copains d’abord
Les Copains d’abord.

 

Georges Brassens, 1921-1981

Album les copains d’abord , 1964

 

 

IMG_5543_small

 

L’ILIADE HOMÉRIQUE

Acrylique sur toile – 12’’ x 16’’ – 180$

Que tes mains à longs flots lui versant l’ambroisie.
J’usqu’aux fertiles bords de la vaste Lycie
La Mort et le Sommeil, ces fidèles jumeaux,
Porteront ses débris nettoyés par les eaux,
Et là, sur un tombeau, ses amis et ses frères
Pourront lui décerner les honneurs funéraires.
Aux ordres paternels Phébus obéissant
Du sommet de l’Ida vers Sarpédon descend,
Enlève le sang noir qui souille ses entrailles,
Dans le courant du fleuve, à l’abri des batailles,
Purifie avec soin ses membres dégouttans,
Et jette sur son corps des voiles éclatants.
Quand ses mains à longs flots lui versent l’ambroisie,
Jusqu’aux fertiles bords de la vaste Lycie,
La Mort et le Sommeil, ces fidèles jumeaux,
Déposent ses débris nettoyés par les eaux.

 

Homère « le Poète », fin du VIIIe siècle av. J.-C.

Traduit pas A. Bignan, chant seixième p.164, 1834

 

IMG_5546_small

 

GAINSBOURG

Acrylique sur toile – 12’’ x 16’’ – 180$

Rendre l’âme, daccord. Mais à qui?

 

 

IMG_5535_small

 

CHEVREUIL

Acrylique sur toile – 16’’ x 20’’ – Vendu

 

 

IMG_5538_small

 

MOUCHTASSE

Acrylique sur toile – 16’’ x 20’’ – 180$

Leave a comment